Accueil - Qui sommes nous ? - Les spectacles à l'affiche - S'inscrire - Espace inscrits - Regards vers l'extérieur
Passion Théâtre sur Internet      Fiche Spectacle
InvitÈs Témoignage des invités Artistes Réponse des artistes
Professionnels Critique des professionnels   Dossier de presse Dossier de presse

Au bout du comptoir, la mer  !
Serge VALLETTI

 

Genre :

  , Théâtre de bar (solo)
Mise en scène :  Jacques Courtès
   Compagnie : Les Fous de Bassan !
Avec : Christian Sterne.
Durée :  1 heure(s) et 0 minute(s)

Planning :
 

Théâtre Mobile-Région Centre
Île Piot   Avignon
  du 23/07/2001 au 26/07/2001 à 23:45
tarif adulte : 60  réduit : 40
   
Espace Alya ( Avignon )   du 06/07/2001 au 28/07/2001
Le Comptoir ( Avignon )   du 05/07/2002 au 27/07/2002



L'action se passe dans un bar d'une station balnéaire. Dario, (c'est le patron du bar) n'est pas là. Alors Stephan (c'est le personnage) se sert tout seul. Artiste un peu raté, buveur (beaucoup), mythomane (passionnément), il énumère les ratages des autres, (dé)verse ses rêves et ses (dés)illusions au comptoir du bar.

InvitÈs Témoignages des spectateurs

InvitÈs

J'entre dans une salle, et je ne suis pas seule... A côté de moi, d'autres personnes inconnues, attablées sirotent leur consommation. On m'en offre une... Je suis surprise parce que je me trouve en pleine scène. Qui sont les personnages ?
Un homme surgit, l'air un peu égaré, et cherche le barman, Dario, le hèle, le cherche, et se pose au bord du comptoir en attendant. Étrange personnage qui profite de l'absence du tenancier pour siffler à petites rasades et grandes goulées du whisky, bornant sur un petit carnet noir les limites de sa descente. Le personnage est très proche, ce qui ne manque pas de provoquer chez moi un étrange malaise... Mon espace vital serait-il menacé par cette proximité des corps ? Le personnage commence son délire alcoolisé et descend les marches de ma conscience, comme un homme qui dérive, en rompant les attaches de la bienséance. Mais ce n'est pas un simple inconnu qui soliloque, c'est un véritable personnage qui est à quelques mètres de moi.
M. Stéfan raconte sa vie d'animateur de spectacle de cirque, une petite vie simple et triste, peuplée de fantômes (son frère jumeau disparu), de souvenirs d'enfance et de vocations ratées... Cette histoire me rentre dans le cerveau et y distille un parfum de mélancolie... Comme lui, je suis parfois un être déconnecté qui ne parvient plus à composer avec le réel. M. Stéfan se raconte des histoires, et me raconte des histoires, parce que l'étroitesse de sa vie nécessite d'y faire entrer des largesses d'imaginaire. Il m'est moi aussi arrivée de noyer le vide de l'existence dans le fond d'un verre. D'un tempérament qu'on devine un peu suicidaire, M. Stéfan navigue sur une mer de désespérance dans laquelle je retrouve des perles de vérité. Je suis triste et je ne m'en prive pas. Ici pas de fausse pudeur : au bout du compteur... la mort.

  Laurence  Brien   

 

InvitÈs

Ce spectacle se jouait à minuit au bar du théâtre du comptoir; il s'agissait donc de faire preuve de vivacité à cette heure-ci...! Et je pourrais dire que Stephan aura réussi le challenge. Il entre dans le bar au milieu des spectateurs en marquant sa familiarité avec le lieu : pantoufles, connaissance du patron, attitude décontractée, seul lui incombe désormais d'apprivoiser le spectateur. Je ne sais trop si cet acteur m’ est sympathique au premier abord, mais en tout cas, il parvient à m’introduire dans son univers en instaurant une complicité avec les spectateurs, le patron du bar, Dario, étant absent. Il raconte peu à peu des épisodes de son quotidien, et ce qui je pense rend ce récit vivant, ce sont les associations d'idées grâce auxquelles il avance. Ce qui m'a particulièrement touchée c'est l'autodérision qu'il utilise envers lui-même, il se regarde avec beaucoup d'humour en effet; c'est aussi les différences de rythme dans sa façon de raconter qui créent des effets de surprise; c'est enfin le fait qu'il fasse la différence entre ce qui est soi-disant vrai dans sa propre vie et ce qu'il invente et qui le fait rester dans ce bar...Un passage particulièrement savoureux : quand il raconte le dédoublement de personnalité d'un ventriloque qui se met à engueuler sa fiancée...

  Sabine  Cros   

 

InvitÈs Dossier de Presse

InvitÈs

Avec ce solo de théâtre, les fous de bassan  ! cultivent leur désir de proximité et de convivialité avec le public, en proposant un texte moderne, singulier et un personnage insolite. Il s'agit du second solo que Christian Sterne joue sous la direction de Jacques Courtès, avec qui il avait créé en 1991, "Le petit manuel du Parfait Aventurier", d'après le texte de Pierre Mac Orlan.
L'action se passe dans un bar d' une station balnéaire…
-"Dario ! (c'est le patron du bar) Dario !
-Il est parti  ? Dario  ?... Il n'est pas là !"
Alors Stephan (c'est le personnage) se sert tout seul. Présentateur de revue de casino (un peu), buveur (beaucoup), mythomane (passionnément), il (dé)verse ses rêves et ses (dés)illusions au comptoir du bar… Et ses blagues artistiquement nulles sont renversantes.
Avec un personnage, simple, gonflé d'humanité ce texte de Serge Valletti nous ballote du pathétique au rire parce que le rire est salvateur. "Au bout du comptoir, la mer  !" un titre évocateur d'une vie restée à quai.



Christian Sterne, metteur en scène, comédien, directeur artistique, a été formé à l'école Charles Dullin. En 1987, il crée sa compagnie, les fous de bassan  !, conventionnée par la ville de Beaugency et le Conseil Général du Loiret, subventionnée sur projet par le Conseil Régional du Centre , la DRAC Centre. Ses travaux et ses recherches révèlent entre autres, son désir de débusquer le fantastique social, d'éveiller aux songes, en suscitant l'esprit de curiosité et en tissant des liens. Depuis plusieurs années, il privilégie les textes contemporains. Epris des mots et du langage, il crée Envolées de Lettres en 1993, concept qui poursuit aujourd'hui son aventure  ; il favorise de plus en plus les rencontres avec les auteurs (Jean-Pierre Cannet, Guy Jimenes) et participe à l'écriture de ses projets. Son autre cheval de bataille est son travail sur la Mémoire et sa Transmission, engagé avec "Résurgences", puis poursuivi avec "Des manteaux avec personne dedans" en 1999 et aujourd'hui avec "La Protestation". Son désir de proximité avec le public le conduit à créer "Au bout du comptoir, la mer  !" mais aussi "Pique-Nique Trouille", spectacle jeune-public conçu pour des salles non équipées.
Entre Mémoire et Imaginaire
Entre Quotidien et Aventure
Ses créations parlent DU et AU présent.

A la télévision, Christian Sterne a été dirigé par Jean-Louis Bertucelli, Luc Beraud, Marion Sarraut, Josée Dayan, Philippe Monnier,… Au théâtre, a travaillé avec Yves Kerboul, Patrice Douchet, Jacques Le Ny, Gérard Audax, Antonio Arena, Robert Hossein, Jean-Marie Broucaret, Philippe Lipchitz, …

Créations de la compagnie
Pique-Nique Trouille d'après "Histoires Pressées" de Bernard Friot, mise en scène de Christian Sterne. Création le 8 décembre 2001 à Beaugency.
Des manteaux avec personne dedans de Jean-Pierre Cannet, mise en scène Christian Sterne. Création juillet 1999 à Morillon (Haute-Savoie), Carré Saint-Vincent d' Orléans, tournées CCAS, Région Centre, Espace Rachi (Paris).
C'est fini de rire  ! Contes brefs et histoires courtes d'après Jacques Sternberg, mise en scène Renaud Robert et Christian Sterne. Création janvier 1999 à La Fabrique (Loiret), Théâtre du Tourtour (Paris).
Au bout du comptoir, la mer  ! de Serge Valletti, mise en scène Jacques Courtes et Christian Sterne. Création mai 1998 Loiret. Tournée Régions Centre, Bretagne, Ile-de-France, Bourgogne, Paris, (à tous les comptoirs… !).
Résurgences de Jean-Pierre Cannet, mise en scène Christian Sterne. Création 1996 Orléans-La Source.
L'aventure est au bout de la langue de Jean Tardieu, mise en scène Gilbert-M. Duprez et Christian Sterne. Création 1994 Orléans. Tournée Régions Centre et Bretagne.
Envolées de lettres concept de Christian Sterne d'après correspondances célèbres et anonymes. Création 1993 Orléans. Tournée Régions Centre, Poitou-Charente, Bretagne, Paris.
Le cœur mangé de Guy Jimenès, d'après lais du Moyen-Âge mise en scène Christian Sterne. Création 1992 Orléans. La Rochelle, Région Centre.
Le petit manuel du parfait aventurier de Pierre MAC ORLAN, mise en scène Jacques Courtes et Christian Sterne. Création 1991 Théâtre du Tourtour (Paris). Tournée Régions Centre et Ile-de-France.

Autres activités
Lectures rencontres  : Lampées de textes  : cycle de 12 lectures par an sur Beaugency et son canton. Textes AOC et de Pays  : lecture-rencontre et musique sur le thème du vin. Escadrilles Poétiques Non-violentes Identifiées  : Parcours d'interventions (parfois surprises) constituées de lectures définies avec les partenaires de l'action (poèmes, lettres, extraits divers …), en tout lieu (école, hôpital, résidence de personnes âgées etc..)
Ateliers et stages de pratique théâtrale en direction des écoles de Beaugency, des collèges du Loiret, des lycées de la Région Centre, de l'Université d'Orléans, de détenus, des amateurs, …
Actions culturelles et artistiques en collaboration avec des établissements scolaires, des associations, ou structures diverses, (Ex  : "Mémoire du quartier de La Source et de ses habitants" / Orléans, entre 1994 et 1996).


Serge Valletti
Quand le chanteur du groupe pasticheur "Les immondices", décide de rester en scène plus longtemps que les dix minutes d'un numéro de cabaret, il écrit une longue pièce avec des copains et la joue deux fois dans une salle louée ; cela donne "Les brosses" :
Marseille, 1969, Serge Valletti, né en 1951, commence à faire du théâtre pour ne plus s'arrêter. A Paris, en pleine effervescence du jeune Théâtre, il est acteur dans la troupe de Daniel Mesguich, pour une douzaine de spectacles brillants et insolents (Le prince travesti en 1974, Remembrances d'amour en 1975, Hamlet en 1977). Valletti revient à l'écriture en 1976, avec "Au-delà du Rio". Il enchaîne "Cinq duos" entre fantasmes et faits divers qu'il promène dans toute la France en compagnie de Jacqueline Darrigade.
Ensuite c'est l'étonnante aventure de "Balle perdue" ; confession d'un mythomane, jouée à la lueur d'une bougie pour deux spectateurs (il n'y a que deux fauteuils), à partir de septembre 1981. Il reprends le spectacle an avril 1982 à la demande de Josyane Horville pour inaugurer la petite salle de l'Athénée. Il écrit "Le jour se lève, Léopold !" (9 personnages) et "Mary's à minuit" (solo). En 1985, il monte "Renseignements généraux" au théâtre Dejazet (nouveau solo), puis pendant plusieurs mois, il dévide, dans un restaurant italien, deux fois par semaine, un soliloque dérisoire et désopilant, "Au bout du comptoir, la mer !"
En 1987, Georges Lavaudant le distribue au TNP Villeurbanne dans "Le Régent" de Jean-Christophe Bailly. En 1988, l'éditeur Christian Bourgois publie pour la première fois un de ses textes, "Le jour se lève, Léopold !" que Chantal Morel crée avec succès à Grenoble.
Lui-même raconte ses "Souvenirs assassins" à l'Athénée.

Suivent :
"Saint Elvis" (Théâtre de Chaillot, 1990) ; "Carton Plein" (Printemps de Comédiens de Montpellier, 1991) ; "Comme il veut !" (Vaison-la-Romaine, 1991) ; "Papa" (Théâtre 71 Malakoff, 1992) ; "Domaine Ventre" (Théâtre de la Colline). Valletti occupe la scène, obstiné, observateur, habité par des histoires et habitant du théâtre. Il écrit "Conseil Municipal" à Béziers, "Plus d'histoires" à Martigues, "Si vous êtes des hommes !" pour le Théâtre Ouvert à Paris, "Au rêve de gosse" pour le Théâtre du peuple à Bussang (Vosges), "Tentative d'Opérette en Dingo-Chine" et "Amphitryonne" à Toulouse, "Autour de Martial" à Marseille, "L'Argent" d'après "Ploutos" d'Aristophane, "Sixième Solo" à Lille, "Réception" et "Poeub". Octobre 1998 : création au nouveau Centre Dramatique de Valence de "Si vous êtes des hommes !" mise en scène de Philippe Delaigue, repris au Théâtre de l'Aquarium à Paris. Janvier 2001, création de "Mr Armand dit Garrincha", au Petit Odéon (Paris). Mai 2001, "Pourquoi j'ai jeté ma grand-mère dans le vieux port", Théâtre de Chaillot.

Bibliographie
Et puis quand le jour s'est levé, je me suis endormie (L'Atalante 1998)
Pourquoi j'ai jeté ma grand-mère dans le vieux port (L'Atalante 1995)
Mr Armand dit Garrincha, suivi de Sixième solo L'Atalante 2001
Si vous êtes des hommes ! suivi de Réception L'Atalante 1998
Le jour se lève Léopold  ! Suivi de Souvenirs Assassins L'Atalante 1998 et Bourgois 1998
L'Argent (Séquences n°3- Revue du Théâtre National de Strasbourg- 1995)
Plus d'histoires, prologue pour un nouveau théâtre (in la Revue du Théâtre ,1994)
Papa (Comp'Act, 1992)
Domaine Ventre (Théâtre des Treize-Vents, 1992)
Six Solos (Introduction, Balle Perdue, Renseignements généraux, Au bout du comptoir, la mer  !, Mary's à minuit, La conférence de Brooklyn sur les galaxies) (Bourgois, 1992)
Saint Elvis suivi de Carton Plein (Bourgois, 1990)

Serge Valletti est auteur de nombreux autres textes qui n'ont pas été édités. Il dispose d'un site personnel sur internet  : http ://perso.wanadoo.fr/serge.valletti/index.html

 

Accueil - Qui sommes nous ? - Les spectacles à l'affiche - S'inscrire - Espace inscrits - Regards vers l'extérieur