Accueil - Qui sommes nous ? - Les spectacles à l'affiche - S'inscrire - Espace inscrits - Regards vers l'extérieur
Passion Théâtre sur Internet      Fiche Spectacle
InvitÈs Témoignage des invités Artistes Réponse des artistes
Professionnels Critique des professionnels   Dossier de presse Dossier de presse

Duquesnoit n'est pas content
Jean-Claude DUQUESNOIT

 

Genre :

  , théâtre humour
Mise en scène :  Denis CACHEUX
   Avec : Jean-Claude Duquesnoit
Décor : Vincent Reynijens
Costumes : Dominique Pollet
Lumière : Philippe Boucoiran
Durée :  1 heure(s) et 5 minute(s)

Planning :
 

Maison IV de Chiffres
26, rue des Teinturiers   Avignon
Tel: 0490868707
Bus: 1-3-4-5-6-8-12-30
  du 06/07/2000 au 30/07/2000 à 23:00
Jours:7
tarif adulte : 80  réduit : 55
   
Maison IV de Chiffres ( Avignon )   du 06/07/2001 au 28/07/2001
Le Cafuron ( Saint-Etienne )   du 15/03/2002 au 16/03/2002
Maison IV de Chiffres ( Avignon )   du 05/07/2002 au 27/07/2002
Maison IV de Chiffres ( Avignon )   du 09/07/2003 au 31/07/2003



Chansonnier au Théâtre des Deux Anes et au Caveau de la République, Jean-Claude Duquesnoit est un obsédé textuel. Dans sa maison de rêve, ce maniaque de la dépêche miraculeuse, partisan de la légitime défiance vous invite à construire ses châteaux en épargne, à partager son voyage en grossitude, à rédiger son Curriculum mortae. “Duquesnoit n'est pas content”  : un festival de sourires, d'éclats de rire, de drôlerie à vous faire grincer les dents sans rayer l'émail.

InvitÈs Témoignages des spectateurs

InvitÈs

Il faisait très chaud, ce jour là en Avignon... Nous étions 4 "ados" venus partager, plus ou moins au hasard la colère de Duquesnoit, 4 à nous entendre dire par Duquesnmoit lui-même que le spectacle ne serait pas à notre portée, pour cause de jeux verbaux assez peu accessibles à nos 17 ans... C'est donc avec une certaine appréhension que nous sommes entrés dans la maison 4 du chiffre. Et puis... Il est entré, seul sur scène entre un comptoir, une table et un fauteuil. Et le festival de mots a commencé, certes étourdissant pour la lycéenne ignorante que je suis, mais néanmoins jouissif, et bien sûr hilarant... Si certains jeux de langage sont à la portée de presque n'importe qui, d'autres m'ont fait le plaisir d'être les échos de ma -petite culture-, quelle soit littéraire ou politique... J'ai ainsi trouvé à ce spectacle une force incontestable: avec humour et lucidité, Duquesnoit se moque de notre société, j'ai passé 1h10 -trop courte- de fous rire en fous rire, entraînée dans la cadence infernale des mots dont certains, bien sur m'échappaient quelquefois, dont d'autres ne se sont éclairés qu’après... Certains de ces jeux de mot d'artiste parolier resteront dans mes annales, tel le fameux "l'oppression, non! La bière pression... oui!". Ravigotée par la vague de fraîcheur littéraire propulsée par ce véritable maître des mots, j'ai presque oublié en sortant qu'il faisait très chaud ce jour-là en Avignon...

  Fanchon  Tortech   

 

InvitÈs

J'ai assisté à un festival de jeux de mots d'un genre vraiment unique: l'auteur joue avec les mots en gardant un certain sens de la poésie tout en dressant un portrait satyrique de notre société. En effet, il est capable de parler de sujets graves: les dictatures, le chômage, etc... sur un ton que j'ai trouvé très subtil et comique, souvent ironique mais jamais cynique. Bien que les thèmes de ses sketches soient parfois dramatiques, j'ai ri réellement de bon cœur du début jusqu’à la fin du spectacle. D'autant plus que l'auteur nous avait dit que le spectacle s'adressait à un public adulte et cultivé. Je suis jeune et ma culture est assez limitée ce qui ne m'a pas empêché de passer un excellent moment. J'ai parfois eu du mal à entendre certains jeux de mots tellement les précédents m' ont fait rire ! J'ai trouvé cette comédie définitivement drôle et accessible, car j'ai senti un équilibre subtil entre le comique, le poétique et le satyrique.

  Nicolas  Genelot   

 

InvitÈs

Nous sommes dimanche, Duquesnoit n'est vraiment pas content. Je m'installe dans mon fauteuil, les lumières baissent et Duquesnoit le T'Chi entre en scène. Tout de suite il m'agresse en me demandant si je joue en bourse, lui y a perdu sa chemise ce que je veux bien croire, malheureusement pour lui je ne peut compatir car sa façon de raconter me fait mourir de rire.
Après la bourse il m'entraîne sur un tour d'Europe ou la justesse de ses propos me déconcerte, effectivement comment concilier le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest, le flegme britannique et l'exubérance latine. Je ne peux pas donner de réponse à ce sujet.
Voyant cela il change de sujet, me parle de ses lectures et me fait faire un tour d'horizon désopilant des ses journaux. Il me fait toucher du doigt la stupidité des publicités, qu'elles soient immobilières ou matrimoniales, de là il dérape sur la cuisine des stars et m'explique la différence entre Maïté et Coffe en m'affirmant que son tour de taille est une fierté.
Pour entretenir son tour de taille il travaille et de ce fait m'entraîne dans son corollaire: le monde du chômage, il m'explique la différence entre l'âge et l'expérience, de là son propos me fait insensiblement glisser sur l'âge et le rapport avec la mort et la maladie, il pose les questions, semble attendre les réponses mais immanquablement il les devance, pour le rire de tous. "Dusquesnoy n'est pas content" car je ne répond pas à ses questions, je ne réfléchis pas assez vite et en plus je pleure trop de rire.

  Philippe  Jetur   

 

Accueil - Qui sommes nous ? - Les spectacles à l'affiche - S'inscrire - Espace inscrits - Regards vers l'extérieur